Soutenez le PS

Adhérez au PS

50 ans de relations franco-allemandes – Enfin une bonne raison de se réjouir!

2013 était une année attendue par les germanophiles et tous les Européens. Non pas pour son édition de la fête de la Bière qui, joviale ainée, fêtera cette année ses 213 années d’existence mais bien pour le jubilé du Traité de l’Élysée dont l’on célèbre cette année les 50 ans.

Cinq décennies de relations-franco allemandes représentent l’aboutissement d’un dialogue humain et surtout celui de deux sociétés faisant l’effort de se tendre la main en tentant de mettre de coté, leurs haines et au-delà de cela, leurs différences. Le Traité de l’Élysée dont on fête l’anniversaire est le traité par lequel les aspirations des mouvements socialistes, démocrates et européens dans l’immédiate après-guerre se voient directement couchées sur le papier par deux chefs d’Etat, qui en s’opposant de leur vivant à la dictature en Europe connaissaient la nécessité d’une alliance avec le partenaire d’Outre-Rhin.

Le Général De Gaulle résumait la logique du traité à la phrase de Romain Rolland dans l’ouvrage Jean-Christophe (1913): « Nous avons besoin de vous et vous avez besoin de nous ». Cette relation se basant sur la nécessité pragmatique a porté ses fruits et a permis l’échange gràce à l’Office franco-allemand pour la jeunesse de 8 millions de jeunes entre les deux pays. Au fil des années, des amitiés entre villes, citoyens et gouvernements se sont nouées et ont amené la relation franco-allemande à sa vitesse de croisière.

Le temps de la normalité ne signifie cependant pas l’absence de défis. La relation s’est normalisée et les frontières entre nos peuples ont été abolies. La séance commune de l’Assemblée Nationale et du Bundestag à Berlin, ce 22 janvier 2013 a été un symbole fort de l’inégalable force de paix, de réconciliation et de progrès que notre relation a pu créer. Jamais dans l’histoire du globe deux États-nations, aussi opposés par l’Histoire, n’ont tenu séance commune et chanté ensemble leurs hymnes nationales. Les représentations nationales allemandes et françaises l’ont fait ce mardi 22 janvier à Berlin.

Ces premiers 50 ans de relations franco-allemandes nous touchent enfin, en tant que socialistes français et européens car cette réconciliation sert fondamentalement le projet de paix et de développement commun que nous n’avons jamais eu de cesse de servir dans notre famille politique. Elle pose durablement les bases d’un échange culturel, politique et économiques et nous permets, et nous sommes socialistes français de l’Étranger les mieux placés pour le savoir, d’enrichir notre proposition politique pour le monde et pour un meilleur avenir. Ce combat, porté depuis 50 ans par ce traité est en effet le notre depuis toujours. Ce sont les mots prophétiques de Jean Jaurès au Congrès d’Heidelberg du SPD à la fin du 19ème siècle que nous avons aujourd’hui finalement concrétisés:  » Notre famille et notre combat, ne connait ni frontières, ni barrières, il ne connait que le progrès ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.