Soutenez le PS

Adhérez au PS

Editorial : un an d’exercice de responsabilités

le 6 Mai 2012 c’était hier; Le 6 Mai 2013 c’est déjà demain.

Personne ne s’attendait que cette première année d’exercice des responsabilités soit une promenade de santé. Elle ne l’a pas été. Mais être responsable, c’est de ne pas gouverner en fonction de sa côte de popularité, c’est exercer le pouvoir en tenant le cap dans la tempête et en avançant malgré les difficultés.

Emplois d’avenir. Contrats de génération. Banque publique d’investissement. Amélioration de la progressivité sur l’impôt sur le revenu. Limitation des niches fiscales. Réforme de la loi bancaire. Réforme du marché de l’emploi. Autant de mesures socialistes pour répondre à la crise; Faire cesser la hausse du chômage. Faire reculer les inégalités. Donnons le temps à ces mesures de produire leurs effets.

Nous n’avons pas à rougir des réformes engagées. car elles ont été nombreuses : http://www.parti-socialiste.fr/1andechangement/

Le combat pour le mariage pour tous, aura été une de ses réformes. Sans doute la plus emblématique. Ce fut non seulement un combat pour l’égalité des droits, mais aussi un combat contre l’intolérance. Ce combat continue. Mais nous pouvons déja être fiers du travail mené par nos parlementaires, notamment ceux de la FFE, et par la ministre Taubira.

J’ai écouté ce soir le premier ministre Jean Marc Ayrault s’exprimer sur TF1 sur le bilan de cette première année de pouvoir ; Je salue l’action de cet homme. Honnête. Courageux. Pugnace. Un chef d’équipe qui assume ses responsabilités.

Il faut certes regretter les couacs au gouvernement; il y en a eu. Le premier ministre l’a reconnu.

Je retiens le couac de Florange, sonnant comme une rupture de la confiance avec les ouvriers métallurgistes. Fallait il nationaliser ? Je ne le crois pas. Mais il fallait en tout cas fixer un cap collectif et s’y tenir. Et ne pas laisser s’exprimer des voix discordantes, au risque de la démagogie, de l’indécision, au risque de la désillusion pour ceux à qui l’on s’adresse. Que cette leçon soit retenue. Dire ce qu’on fait. Faire ce qu’on dit. Tout est là. C’est l’unique éthique valable et compréhensible de tous.

Fallait il donner l’impression de l’abandon de la mise en place du droit de vote des étrangers ? je ne le crois pas. Autre couac. Et j’espère que nous ferons malgré tout cette réforme, qui réclame du courage pour obtenir une majorité suffisante pour réformer la constitution.

L’affaire Cahuzac aura été également un grand traumatisme pour nous tous. Mensonge. Cynisme. Honte. Tous ces mots auront été utilisés. Ils ont tous été appropriés à la situation que l’on a découverte après les aveux du ministre du budget.

Répondre par plus de transparence, par le renforcement de la justice financière, par l’amélioration de la coopération internationale en matière de lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment, ont été de bonnes réponses. Il faut maintenant aller jusqu’au bout et ne pas s’arrêter en chemin. Lutter contre les conflits d’intérêts en politique. Lutter contre la corruption, passive et active. Exiger des élus de l’exemplarité. Pas de la sainteté. Mais de l’honnêteté. Et se donner les moyens de pouvoir la contrôler. Voilà comment nous réconcilierons les français avec leur classe politique. une réconciliation qui passera aussi par la limitation du cumul des mandats, une tragique spécificité française à l’échelle européenne.

Réorienter l’Europe aussi doit être notre combat permanent. C’est une nécessité dans cette Europe aux mains des forces conservatrices. Une Europe où la tentation populiste et extrémiste est chaque jour plus importante.

Dans une Europe à 27, la réorientation s’obtient par la négociation, par le rapport de force, et par le vote :

Le pacte de croissance ? un premier acquis de négociation obtenu après l’élection de François Hollande, marquant un premier rééquilibrage du rapport de force entre progressistes et conservateurs.

Suffisant ? certainement pas. Mais c’est une politique du résultat par étape qui est menée. Une politique de réorientation réaliste.

Le recul à 2015 de l’objectif des trois pourcent de déficit budgétaire ? un second acquis. Une seconde étape, fruit d’une crédibilité européenne retrouvée grâce à une politique de sérieux budgétaire.

Aller plus loin ? oui, il le faudra. Cette crise historique qui plonge les pays de la zone euro dans la récession, appelle le franchissement d’autres étapes significatives pour la réorientation de la machine européenne pour l’emploi et la croissance :

Voter aux élections européennes pour les forces de gauche, ce sera aussi le moyen le plus sûr de réorienter cette Europe que l’on souhaite plus politique, plus fédéraliste, plus progressiste.

Réorienter n’est donc pas une simple affaire de négociation intergouvernementale. Croire que l’on gouverne uniquement par le rapport de force Franco-Allemand, c’est nier cinquante ans de construction européenne et de méthode communautaire. Je trouve à cet égard la polémique récente sur les tensions dans notre « relation de couple », limitative et au final inutile. Le changement de politique européenne ne s’obtiendra pas par du Merkel Bashing. Même s’il n’est pas inutile de dénoncer la tentation du « cavalier seul » économique.

L’intervention au Mali enfin. Le choix de la guerre pour répondre à un appel à l’aide, face à la menace de destruction d’un Etat et de la déstabilisation de toute l’Afrique de l’Ouest. Un choix responsable en terme de politique internationale, car décidé dans le respect de la légalité internationale, et à la demande des africains eux mêmes. Comme il est également responsable d’avoir annoncé le retrait progressif de nos forces dès le 21 mars, un retrait accompagné de la montée en puissance des forces africaines sous mandat onusien.

Un an donc de décisions; Un an d’exercice de responsabilités;

Soyons fiers d’être des socialistes responsables. Notre devoir c’est de donner des perspectives à nos compatriotes. C’est de leur redonner confiance en la politique. C’est d’obtenir des premiers résultats économiques et sociaux d’ici la fin de l’année 2013. Redressons la tête. Cessons aussi de gratter nos croutes jusqu’au sang. Restons dignes du mandat que les Français nous ont confiés. Et avançons ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.