Soutenez le PS

Adhérez au PS

NON à une Europe réactionnaire qui menace les droits des femmes et ne respecte pas leur dignité !

Dimanche 19 janvier, a été organisée à Paris une manifestation où fleurissaient  les couleurs du drapeau espagnol, montrant l’adhésion des manifestants au projet de loi du gouvernement espagnol visant à restreindre dans ce pays le droit à l’avortement aux seuls cas de viols et de mise en danger physique ou psychique de la femme.

Alors que le gouvernement Zapatero avait fait progresser très nettement les droits des femmes, le revirement espagnol fait craindre un retour en arrière en Europe. Au sein de l’UE, l’avortement reste une prérogative nationale et il existe autant de législations que d’Etats membres.  Y compris dans les pays où l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est légale, existent des blocages insidieux (délais, activation de la clause de conscience des médecins, etc.). Ce retour en arrière pourrait donner des idées à la Pologne, la Hongrie et la Lituanie, tentés de durcir le recours à l’IVG.

A la mi-décembre, cible d’une campagne de lobbying agressive et mensongère, le Parlement européen a  rejeté le rapport ESTRELA sur la santé et les droits sexuels et génésiques  « niant ainsi  le droit pour toute femme, quel que soit son pays de résidence, de pouvoir faire un choix informé et responsable concernant sa sexualité et sa santé génésique, et de vivre sa sexualité librement, sans violence ni discrimination » selon  Sylvie Guillaume, vice-présidente du Groupe socialiste et Démocrates, membre suppléant de la commission des droits des femmes et pour l’égalité des genres. Les femmes, y compris celles victimes de viols, se voient privées du droit d’avorter dans leur propre pays, et obligées de recourir à un avortement à l’étranger ou à des avortements clandestins qui mettent leur vie en danger, ce qui constitue une atteinte grave à la dignité humaine.

La manifestation de dimanche envoyait aussi un message à l’intention de nos élus nationaux puisque se tenant à la veille de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi pour l’égalité hommes-femmes. Ce projet de loi, préparé par la Ministre Najat Vallaud-Belkacem est le premier texte à aborder l’égalité dans toutes ses dimensions. Il déterminera pour la première fois les principes et les objectifs d’une approche intégrée de l’égalité. (2).

Notre camarade Axelle Lemaire en est responsable pour le groupe socialiste républicain et citoyen et aussi l’auteur d’un amendement, adopté en commission, visant à supprimer dans la loi de 1975 la notion prévoyant que seule « la situation de détresse » justifie un recours à l’IVG (3)

Ainsi la manifestation de dimanche à Paris avait des objectifs bien plus larges que le seul soutien à la législation espagnole. « En temps de crise, la tendance est de revenir à des questions de morale, visant à restreindre les libertés individuelles », déclare Hannes Swoboda, président du groupe social-démocrate au Parlement européen.

Nicole Fondeneige, et Myriam El Bettah, commission fédérale à la parité et aux droits des femmes et les membres du Conseil fédéral de la FFE

 

Retrouvez ici le communiqué de presse du Parti Socialiste

Pour allez plus loin sur l’examen du projet pour l’égalité entre les femmes et les hommes,vous pouvez consulter en ligne :

Le dossier parlementaire sur le site de l’Assemblée

Le dossier de presse du Ministère des droits des femmes

Une infographie à partager sur les réseaux sociaux

Un article résumant les enjeux et principales mesures du projet de loi sur le site du PS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.