Soutenez le PS

Adhérez au PS

LETTRE DE WASHINGTON

TÉMOIGNAGE DE WASHINGTON

Tristesse et consternation ce matin à Washington où 93% des votes sont allés vers Hillary Clinton. Me rappelant avoir dit en janvier que Trump ne pourrait pas être le candidat des Républicains, je me disais que tout était possible pour cette élection et je n’osais pas me dire que la victoire de Clinton était acquise mais j’y croyais quand même. Je croyais qu’on allait voir la fin de cette campagne politiquement vicieuse, je croyais que l’ignorance, la vulgarité et la haine envers les autres allaient disqualifier un candidat, je croyais qu’un candidat qui avait insulté les femmes, les afro-américains, les hispaniques, les musulmans, les prisonniers de guerre ne pouvait pas devenir président des États-Unis. Je croyais que cette campagne anxiogène allait se terminer et que j’allais oublier mes collègues qui avaient voté pour Trump et passer à autre chose (ce matin c’est moi qui ai fait un détour de 30 mètres pour rejoindre mon bureau quand j’ai entendu au fond du couloir un collègue pro-Trump qui jubilait).

Mais voilà, à Washington, on peut vite oublier combien le pays est divisé. On ne voulait pas admettre que toute une partie de l’Amérique n’a pas accepté l’élection du Président Obama, on ne veut pas se dire que les pics de ventes d’armes après l’élection d’Obama en 2008 et en 2012 peuvent refléter quelque chose, que voter pour une femme puisse encore poser un problème à certains. On fait le constat que la société est de plus en plus polarisée et on voit se dérouler une campagne nihiliste et cynique avec très peu de place aux questions économiques.

Pourquoi ce manque de propositions pour réduire les inégalités quand 47 millions d’américains vivent dans la pauvreté, 31% des jeunes afro-américains sont au chômage, plus d’un enfant sur cinq est pauvre? Au sein de la circonscription de Washington, dans le comté de Fairfax en Virginie, le revenu médian par ménage était de 111 000 dollars en 2014, alors qu’il était de moins de 24 000 dollars dans le comté de McDowell en Virginie Occidentale. L’espérance de vie pour un homme dans le comté de McDowell est de 64 ans contre 82 ans dans le comté de Fairfax. 

Si la gauche n’apporte pas de propositions pour combattre les inégalités, on risque malheureusement de continuer de voir des populistes être élus facilement.

 

Morgane Rolland
Washington

Un commentaire

  1. par Milad . - 16 novembre 2016 à 23 h 43 min

    Si le populisme voir les extrêmes avancent dans leurs démarches
    pour obtenir le pouvoir c’est qu’ils restent sur les valeurs (inacceptables
    et à la limite de l’entendement) . Quant aux partis traditionnels  » grosses écuries  » avons oublié nos valeurs voir troquer nos valeurs pour les postes et avantages . Tenir compte de la base, de l’électeur et du « S.A.V. » en politique . Il y’a un avant, un pendant et un après les élections . On ne sort pas du bois juste avant une élection (combien de fois les militants ettendent  » vous n’êtes là que pendant les élections  » . Le travail de fond, de proximité et régulier .

    Ce ne sont pas les populistes qui gagnent du terrain mais c’est nous qui perdons nos  » acquis  » . Et rien n’est acquis d’avance quand bien les choses semblent déjà fait .

    Milad .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.