Débats
     
    Motion 5 : Pour une organisation du travail de la FFE dans le cadre du PS et du PSE  
     
  

La section de Suède de la Fédération des Français de l’Étranger (FFE) du PS prend acte :

  • de la nouvelle dynamique politique du Parti Socialiste Européen (PSE) depuis le Congrès d’avril 2004 « d’engager les membres des partis dans les activités du PSE » (cf. les nouveaux statuts du PSE approuvés au Congrès) ;
  • du succès du Parti Socialiste français (PS) aux élections européennes, les parlementaires PS formant maintenant la plus importante délégation au sein du groupe PSE ;
  • de la proposition du Premier Secrétaire présentée le 16 juin 2004 au Conseil National du PS de tenir un congrès extraordinaire en décembre 2005 afin que le PS devienne « une force de proposition et d’espoir » ;
  • de l’art. 4.6 des statuts du PS, de l’art. 6.1 du règlement intérieur du PS, des art. 25, 26 et 27 des statuts de la FFE sur le rôle et les fonctions du Conseil Fédéral (CF), du Bureau Fédéral (BF) et du Secrétariat Fédéral, ainsi que des motions ;
  • de la volonté exprimée par Pierre Yves Le Borgn’ lors de la campagne en 2003 au poste de Premier Secrétaire Fédéral, de veiller « à associer le CF, notre « « Parlement » », aux initiatives de la direction fédérale », et des priorités qu’il s’est fixé :
  • encourager l’animation et le développement des sections,
  • intensifier l’effort de communication,
  • être plus visible et actif au sein du PS, et
  • développer les relations extérieures de la Fédération ;
  • de la motion 2 de la section de Suède de la FFE (7 janvier 2004), intitulée « De la mise à profit des contributions des sections aux débats sur les thèmes de société et à l'élaboration d'un programme de gouvernement » ;
  • de l’expérience acquise par la section de Suède au printemps 2004 qui lui a permis de produire une « Analyse des relations entre les militants de la FFE résidant en Europe et les partis socialistes et sociaux-démocrates locaux » à partir des réponses qui avaient été fournies par les différentes sections et « isolés » concernés, sur la base d’un questionnaire préétabli par la FFE.

La section de Suède souhaite que dans le cadre de la préparation du congrès extraordinaire du PS en 2005 et de l’organisation du travail du PSE au cours de sa nouvelle législature, la FFE devienne une réelle force de propositions qui se baseraient sur les réalités de terrain vécues par ses militants répartis dans le monde. À ce propos, il serait intéressant que les sections d’Afrique enrichissent notre réflexion sur l’aide au développement, les sections d’Israël sur le conflit israëlo-palestinien, les sections d’Europe Centrale et Orientale sur l’élargissement de l’UE, les sections dans les pays à gouvernement socialiste ou social-démocrate sur les autres politiques socialistes et sociales démocrates mises en œuvre, notamment celles traitant du développement durable, des réformes du système de santé, du système des retraites et des services publics, etc.

Pour ce faire, la section de Suède propose que :

  1. dans le cadre défini ci-dessus, la réunion du CF du 29 août 2004 et les travaux préparatoires du BF s’attachent à déterminer des priorités d'études pour la FFE en coordination avec les instances nationales du PS et avec les militants de la FFE, de préférence dans le cadre de leurs sections respectives, la section constituant la « structure de base du Parti » ;
  2. par la suite, les membres du BF selon leurs disponibilités et leurs compétences, ou à défaut les sections de la FFE qui se porteraient volontaires, soient chargés par le CF de coordonner et de dynamiser par le dialogue le travail des sections, sur la base d’un calendrier précis et d’un travail préparatoire sous forme de questionnaire ;
  3. le BF ou la section coordinatrice analyse dans la transparence les informations collectées et soumette ses conclusions aux sections pour commentaires ;
  4. le BF soumette pour approbation les conclusions finales au CF qui « assure la direction de la fédération entre deux congrès fédéraux » ;
  5. le CF transmette ces conclusions aux instances nationales du PS au travers du Premier Secrétaire Fédéral, qui veillera à ce qu’elles soient prises en compte.

Fait à Stockholm le 28 juin 2004